L'EQUIPE
 

A family of humans* rassemble les énergies de Célia Magliocco,
Irène Blanc, Camille Straubhaar,
Dany Petermann, Dejan Gacond,
Bab Digler, Gael Chapuis, Luca Meister, Beth B, Marie Herny, Yvan Cuche

Tout émane des rencontres… à travers ses nombreux projets, Lydia Lunch rencontre Dejan Gacond en 2013 et collabore depuis souvent avec lui et

"A kaleidoscope of nothingness".

En octobre 2021, Beth B présentait son documentaire sur Lydia Lunch au Lausanne Underground Film Festival et c’était l’occasion de se rencontrer enfin avec Beth B, de pouvoir les connecter avec Marie Herny, co-directrice du centre de Culture ABC et présente au festival pour son travail. Quelque chose de spécial s’est directement installé et à force de discuter, de rêver, de parler de différentes choses, nous avons eu cette idée ensemble : et si on faisait dix jours de films, workshop, projections, concerts, performances à la Chaux-de-Fonds ?
Dès les premières paroles de notre rencontre au LUFF, Beth B a été intriguée par La Chaux-de-Fonds et par nos visions de l’art et du cinéma.

 

On a parlé de l’histoire sociale, politique et culturelle de la région, des nombreu·x·ses artistes des scènes underground new-yorkaise étant venus à La Chaux-de-Fonds, de nos liens respectifs avec Lydia Lunch. La venue du Living Theater à La Chaux-de-Fonds en mai 1977 coïncidant avec leur rencontre et leur début communs avec Lydia Lunch l’a particulièrement marquée.

Rassembler les corps pour faire face à la folie du monde ! Comme était le projet de cette expo photo itinérante appelé « The family of man » organisée d’abord au MOMA en 1955, puis souvent reprise dont le but était un peu de rassembler les corps, les individus après la deuxième guerre. Ouvrir ce processus à tous les corps, sans les re-cloisonner dans ces catégories nouvellement subdivisées. HUMANS)* !! C’est tout ce qu’on est… We are just human bodies… avant d’être des « je » qui pensent, qui ressentent, qui s’identifient…

We were looking for a sense of liberation, seeking a kind of freedom from things that we found binding us, and a lot of that was expressed with a certain kind of rebelliousness, anarchism and alienated voices.


- GIRLS IN FILM